Prévalence du diabète chez les patients atteints de sclérose en plaques

La prévalence du diabète est inconnue chez les patients atteints de sclérose en plaques (SEP). L’objectif de cette étude était d’estimer la prévalence des deux types de diabète chez les patients atteints de SEP. Nous avons examiné la base de données de notre centre MS. Au total, 1 206 patients ont été diagnostiqués et traités au centre pour la SEP sur une durée de 6 ans (1991-1997). Parmi ces patients, 92 ont été diagnostiqués comme diabétiques. Les dossiers de santé ont été examinés pour déterminer le sexe, la race, le type de diabète (type 1 par rapport au type 2), l’âge d’apparition de la SEP et du diabète et la présence d’antécédents familiaux de diabète (chez les parents au premier degré).

La prévalence du diabète était de 7,7% chez les patients atteints de SEP; 11 patients (0,92%) avaient un diabète de type 1, qui n’est pas significativement différent de la population générale (P = 0,15), et 6,75% (IC à 95% 6,74–6,76) avaient un diabète de type 2, qui est plus élevé que dans la population générale à ce moment-là (P = 0,0054).

Le rapport femme/homme était de 1,79 chez les sujets diabétiques. Parmi les patients atteints de diabète de type 2, 35% ont développé un diabète avant le diagnostic de SEP. Cependant, parmi ceux qui ont développé un diabète après le diagnostic de SEP, 41,5% ont été diagnostiqués au cours des 5 premières années. La durée moyenne de la SEP avant le développement du diabète était de 9,9 ± 9,03 ans (moyenne ± ET). Nous avons noté des antécédents familiaux positifs de diabète chez les parents au premier degré de 38% chez les personnes atteintes de diabète de type 2 et de SEP. La répartition par âge du diabète de type 2 montre un pic aux 5e et 6e décennies de vie. Dans le diabète de type 1, tous les patients étaient diabétiques avant l’apparition de la SEP, à l’exception d’un cas (diabète 5 ans après la SEP), avec une durée moyenne de 16,8 ± 11,6 ans de diabète avant le diagnostic de SEP. Nous avons également noté des antécédents familiaux positifs de diabète chez 36% des patients atteints de diabète de type 1 et de SEP.

L’association du diabète de type 1 avec la SEP peut ne représenter qu’une occurrence fortuite de deux maladies auto-immunes. Cependant, les deux partagent des caractéristiques épidémiologiques et immunologiques et peuvent être amorcées par des mécanismes induits par le virus (1). Il existe également un gradient mondial de prévalence nord-sud, plus fréquent dans les zones septentrionales de l’Amérique du Nord et de l’Europe.

La prévalence du diabète de type 2 était plus élevée chez les patients atteints de SEP, probablement en raison d’une maladie musculaire due à la démylinisation nerveuse ou à l’utilisation d’ACTH et de glucocorticoïdes comme traitements. Plusieurs chercheurs ont trouvé des troubles métaboliques liant les deux maladies, tels que des anomalies du métabolisme des graisses, du calcium et de la vitamine D. En outre, il existe des preuves de perturbation de la myéline en raison de changements dans les niveaux de glucose (2). La question de savoir si cette observation a des implications sur un lien entre le diabète et la SEP n’est que spéculative, et d’autres preuves d’une relation doivent être confirmées.

Notes de bas de page

  • SOINS DU DIABÈTE

Write a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.