Mois de l’Histoire de la fierté: Mabel Hampton

Juin 27, 2019
 Mois de l'histoire de la fierté: Mabel Hampton

Par Jaquira Truesdale

Connue pour défendre les droits des LGBTQ+, collectionneuse dévouée de littérature afro-américaine et danseuse de la Renaissance de Harlem, Mabel Hampton a surmonté certains des plus grands obstacles de sa vie. Ses contributions ont donné aux gens un aperçu clair de ce que c’était que de faire partie de la communauté LGBTQ + au 20e siècle.

Mabel Hampton est née le 2 mai 1902 à Winston-Salem, en Caroline du Nord. Sa vie de famille était instable dès son plus jeune âge. Sa mère est décédée alors qu’elle n’était qu’une enfant en bas âge et quelques années plus tard, sa grand-mère est également décédée.

Après la mort de sa grand-mère, Hampton emménage avec sa tante à Greenwich Village pour vivre avec sa tante à l’âge de 7 ans. Cependant, elle s’est enfuie dans le New Jersey après avoir été abusée sexuellement par son oncle et a vécu avec une nouvelle famille jusqu’à l’âge de 17 ans.

Luttant pour joindre les deux bouts, elle cherchait souvent du travail. Sa vie a cependant pris une autre direction lorsqu’elle a été accusée de prostitution et envoyée au Centre correctionnel pour femmes de Bedford Hills.

À sa sortie, elle a commencé à danser pour des clubs LGBTQ+ entièrement noirs tels que la discothèque Garden of Joy. Elle s’est fait connaître pour ses performances lors de la Renaissance de Harlem. Son expérience de danseuse sous les projecteurs de New York a permis à Hampton d’entrer en contact avec sa sexualité et de se connecter avec la communauté LGBTQ +.

Lillian (photo de gauche) et Mabel (photo de droite)

En 1932, elle rencontre son partenaire Lillian Foster. À l’époque, la Grande Dépression a laissé Hampton sans emploi. Incapable de travailler dans des clubs, elle est devenue femme de ménage et employée de maison. À l’époque, elle travaillait pour Joan Nestle, une femme juive ouvertement lesbienne. Curieux de connaître la communauté LGBTQ+, Nestlé s’est souvent appuyé sur Hampton pour obtenir des réponses. Au fil du temps, leur amitié s’est épanouie.

Hampton a vécu dans le Bronx avec son partenaire pendant plusieurs années. Ils ont été forcés de déménager après qu’un incendie de maison ait détruit tous leurs biens. Nestlé a offert sa maison au couple. Hampton, un amoureux de la littérature afro-africaine et LGBTQ +, a collectionné de nombreux livres et souvenirs. En 1974, Hampton est devenue l’une des fondatrices des Archives lesbiennes de Herstory, aux côtés de Joan Nestle, et a fait don de sa collection de livres lesbiens de pulp fiction aux archives.

La maison de Hampton, qui était également le siège des Archives lesbiennes de Herstory (Crédit photo: NYU)

Pour le reste de la vie de Mabel, elle a été un élément passionné et vital du Mouvement pour les droits des Homosexuels, apparaissant souvent dans des marches avec une bannière d’Archives lesbiennes Herstory à la main. Bien qu’elle fasse partie de la classe ouvrière, Hampton a toujours donné de l’argent à différentes organisations LGBTQ +.

En 1979, elle a reçu un Prix pour l’ensemble de sa carrière décerné par la National Coalition of Black Lebians and Gays. Quelques années plus tard, elle a été nommée Grand Maréchal de la Marche de la Fierté gaie de New York.

Après toutes ses merveilleuses réalisations, Joan Nestle a commencé à enregistrer des histoires orales de la vie de Mabel qui ont fourni des détails approfondis sur son enfance difficile, ses relations, ses luttes contre le racisme et l’identité d’être lesbienne à cette époque.

Le 26 octobre 1989, Mabel Hampton est décédée à l’âge de 87 ans. Cependant, sa vie et son héritage sont immortalisés et honorés à jamais dans les archives lesbiennes de Herstory.

Restez connecté avec BronxNet et recevez les dernières nouvelles sur les événements qui se déroulent dans le Bronx.

Write a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.