Lucy Terry Prince (c. 1732-1821)

L’auteur de la première œuvre connue de la littérature afro-américaine (le poème “Bars Fight”), Lucy Terry Prince a été kidnappée en Afrique alors qu’elle était enfant et vendue en esclavage à Rhode Island. À l’âge de cinq ans, elle devient la propriété du capitaine Ebenezer Wells de Deerfield, Massachusetts. Vers l’âge de seize ans, Lucy Terry répond à une embuscade indienne de deux familles blanches en 1746 dans une section de la ville connue sous le nom de “The Bars” en composant le poème de ballade “Bars Fight”, qui lui vaut des éloges locaux. Elle est restée esclave jusqu’en 1756, lorsque le prince Obijah, un homme noir libre prospère, a acheté sa liberté et l’a épousée.

En 1760, les Princes s’installent à Guilford, dans le Vermont, où Lucy Terry Prince acquiert une renommée locale en tant que conteuse et oratrice tout en éduquant ses six enfants. Militante courageuse et éloquente, Prince a travaillé dur non seulement pour survivre économiquement, mais aussi pour protéger sa famille du harcèlement raciste et du vandalisme. Elle s’agita, sans succès, pour que son fils aîné soit admis au Williams College. Veuve en 1794, Lucy Terry Prince s’installe à Sunderland, dans le Vermont, où elle meurt en 1821. Lemuel Haynes prêcha un sermon anti-esclavagiste à ses funérailles dans lequel il prédisait que les despotes et les racistes, “tyrans et oppresseurs”, allaient “couler sous” les “pieds” de Terry, une référence spirituelle à sa poésie.

Write a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.