Bougainville, Louis Antoine De

(Paris, 11 novembre 1729 ; Paris, 31 août 1811)

géographie, mathématiques.

Bougainville est le fils d’un notaire, Pierre-Yves de Bougainville. Pour échapper à la profession de son père, il s’engagea dans l’armée, servit avec Montcalm au Canada et, de sa propre initiative, fonda une colonie française aux îles Falkland en 1764. Deux ans plus tard, il a été chargé de naviguer autour du monde. À son retour, il reçut de nombreux honneurs et fut promu à la fois dans l’armée et dans la marine. Après avoir servi en Amérique du Nord, il se marie dans une famille de marins en 1780 et a quatre enfants. Malgré ses sympathies royalistes, il a survécu à la terreur. Il a échappé au massacre de Paris et a vécu tranquillement le reste de sa vie. Il fut agrégé de l’Académie des Sciences, membre de la Légion d’Honneur, comte de l’empire sous Napoléon et sénateur. Il fut enterré avec tous les honneurs au Panthéon.

Les contributions de Bougainville à la science étaient doubles: il a commencé une carrière en mathématiques mais a atteint sa plus grande renommée en tant qu’explorateur. À la fin de sa scolarité, il est sous l’influence de d’Alembert et, par conséquent, il écrit le Traité du calcul intégral en 1752. L’Hôpital avait écrit le premier manuel de calcul en 1696. La contribution de Bougainville a été d’étendre le traité de L’Hôpital pour couvrir le calcul intégral et de mettre à jour le calcul différentiel. Il a apporté une telle clarté et un tel ordre au sujet, tout en incorporant de nouvelles œuvres, qu’il a obtenu une reconnaissance immédiate. L’Académie des Sciences remarque l’œuvre en janvier 1753. Il a été publié l’année suivante et, au début de 1756, il a apporté l’élection de Bougainville à la Royal Society de Londres. Un autre volume a été publié en 1756, et ce fut la fin de sa carrière de mathématicien.

Fin 1766, Bougainville quitte Nantes à bord de la frégate La Boudeuse. Après avoir remis la colonie des îles Malouines à l’Espagne en 1767, il fit escale à Rio de Janeiro pour rencontrer son navire de ravitaillement. À bord se trouvait le botaniste Commerson. Parmi les plantes récoltées par Commerson autour de Rio de Janeiro, il y avait un arbuste grimpant avec de grandes bractées rouge pourpre qu’il a nommé bougainvilliers.

Les deux navires quittèrent les îles Falkland en juillet 1767 et traversèrent le détroit de Magellan. Fin mars 1768, Bougainville découvrait de nouvelles îles dans l’archipel pacifique des Tuamotu. Il s’embarqua pour Tahiti, pour découvrir que La Nouvelle Cythère, comme il la nommait, avait été découverte huit mois plus tôt par Samuel Wallis. Naviguant vers l’ouest, il a presque atteint la Grande Barrière de Corail mais a tourné vers le nord sans explorer davantage. Bougainville navigua à travers un archipel qu’il nomma la Louisiade, et découvrit deux des îles du Trésor avant d’atteindre les Salomon. Le 1er juillet, il quitta la côte ouest de l’île de Choiseul et navigua pendant trois jours sur ” une nouvelle côte d’une hauteur étonnante.”C’est maintenant l’île Bougainville, et le détroit entre elle et Choiseul est le détroit de Bougainville.

En pénétrant dans les Moluques, les Bougainvilliers ont trouvé une ” espèce de chat sauvage qui porte ses petits dans une poche sous son ventre “, et ont ainsi confirmé ce que Buffon avait douté, l’existence de mammifères en poche dans les Indes orientales. En 1771, Bougainville publie le best-seller Voyage autour du monde.

Il a été dit par des Français que, malgré ses capacités mathématiques, Bougainvilliers n’était pas un grand navigateur. Mais il a été le premier Français à naviguer autour du monde. Son voyage dura trois ans et, à une époque où le taux de mortalité des marins était élevé, il ne perdit que sept hommes. Il nomma de nouvelles îles dans les îles Salomon et l’archipel des Tuamotu ; et il fut le premier à faire des observations astronomiques systématiques de longitude, fournissant des cartes précieuses pour les futurs marins du Pacifique.

L’attitude de Bougainville à l’égard de l’exploration peut se résumer à ses propres mots : ” Mais la géographie est une science des faits ; on ne peut spéculer d’un fauteuil sans risquer de commettre des erreurs qui ne sont souvent corrigées qu’aux dépens des marins ” (Voyage autour du monde, p. 210).

BIBLIOGRAPHIE

I. Ouvrages originaux. Les œuvres de Bougainville comprennent Traité du calcul-intégral, pour servir de suite à I’analyse des infiniment-petits du Marquis de l’Hôpital, 2 vols. (Paris, 1754-1756) ; Voyage autour du monde (Paris, 1771); “Journal de l’expédition d’Amérique…,” in Rapport de l’archiviste de la province de Québec (1923/1924), pp. 204–393, trans, and ed. by E. P. Hamilton as Adventure in the Wilderness, the American Journals 1756–60 (Norman, Okla., 1964). MSS are in the Archives Nationales, Paris.

II. Secondary Literature Works on Bougainville are J. Dorsenne, La vie de Bougainville (Paris, 1930); and J. Lefranc, Bougainville et ses compagnons (Paris, 1929).

Wilma George

Write a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.